Historique

Saint Jacques des Arrêts

Saint Jacques des Arrêts, petit village à flanc de coteau d’une superficie de 747 hectares, et d’une altitude de 500 mètres dont le point culminant est la « Bosse Burnay » à 759 mètres.
Un peu d’histoire….. Saint Jacques des Arrêts : ce nom évoque le pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle, et la halte que faisaient peut-être en ce lieu les pèlerins.
Aujourd’hui, le village est une agréable halte touristique, dominant la Grosne Orientale, rivière qui continue son cours en Saône-et-Loire.

La première évocation du village de St Jacques des Arrêts apparaît, en 1275, dans le testament de Hugues de Pizay où il évoque les biens qu’il y possède.
La paroisse était tout d’abord une annexe de celle d’Ouroux puis devint indépendante relevant de l’archiprêtré de Vauxrenard et du diocèse de Mâcon. La justice appartenait en partie au seigneur de St Mamez et en partie au seigneur de la Roche à Jullié.
La tour des Charmes, que vous voyez en photo, est un vestige du château féodal qui y fut construit vers 1600. Pour ce qui est de l’origine exacte du village et de son nom, rien n’a jamais été prouvé. Pour certains les haltes que faisaient sur notre village, les pèlerins en route pour St Jacques de Compostelle en est la raison. Saint Jacques des Arrêts aurait été une étape à mi-chemin entre Cluny et le port de Belleville où ils embarquaient jusqu’à Arles entre le 10ème  et le 12ème siècle.
Pour d’autres, Arrêts vient d’un mot du vieux français « laret » désignant de petites collines, des petites vallées et peut-être aussi ados ou arrêts pour retenir des eaux de ruissellement. Pour d’autres encore, ce nom aurait été donné parce que ce serait là que les eaux se seraient arrêtées lors d’une magistrale inondation.
L’origine du nom de Saint Jacques des Arrêts reste donc une énigme.

  • En 1920, le village comptait 249 habitants dont environ 45 exploitants et 60 aides de culture ou journaliers. Tous les corps de métier étaient représentés : 2 cantonniers, 1 meunier, 1 lingère, 1 charpentier, 1 maréchal, 1 coquetier, 1 sabotier, 1 chiffonnier, 2 aubergistes épiciers, 2 maçons, 1 facteur, 1 garde-champêtre.
  • Les années 1970 ont marqué l’exode : on part vers la ville à la recherche d’un emploi.
  • En 1989, 147 habitants et une école accueillait encore 13 élèves.
  • Entre 1975 et 1995, le village s’est tourné vers le tourisme avec l’ouverture d’une auberge, la construction de 8 chalets-gîtes et d’un camping. Ces structures permettent des rencontres et des animations.
  • 2002 : une bonne initiative, une salle communale voit le jour dans l’ancien bâtiment de la cantine scolaire.
  • Depuis plus de vingt ans, bien des arrêts se sont faits à St Jacques, pour une nuit, une étape ou un séjour, autour d’un pot d’accueil, du verre de l’amitié, de repas conviviaux et diverses animations.
  • En 2013, la population est de 113 habitants.

Malgré une baisse du nombre d’habitants, un certain dynamisme règne.

Vous tous qui aimez les petits villages, venez nous rejoindre !